Chés Beudets d’Fléchelles

âne (2)

Les Légendes des ÂNES de FLESSELLES:

Au XIXème siècle, en Picardie comme dans beaucoup d’autres régions de France, il était coutumier de “blasonner” les habitants d’un village ou d’un quartier par une petite phrase, souvent malicieuse. Ainsi les habitants du village de Flesselles héritèrent d’un petit sobriquet, dont on retrouve les traces en 1850: Chés beudets d’Fléchelles; que l’on traduit facilement par: les ânes de Flesselles.

Ils existent plusieurs explications sur l’origine de ce blason attribuée aux Flessellois. Vers 1860, Flesselles était une bourgade d’environ 1800 habitants, de nombreux artisans y fabriquaient des lattes de bois qui étaient utilisées à la construction des maisons picardes. Ces lattes étaient ensuite transportées vers Amiens à dos d’ ânes ou de mulets. La tradition orale rapporte qu’un jour, un artisan de la ville avait chargé son âne de lattes en les plaçant transversalement à l’animal. Arrivé devant la porte de la ville d’Amiens, ne pouvant franchir cette dernière à cause de la largeur de son attelage, il fit alors demi-tour vers Flesselles où l’on ne manquât pas de se moquer de lui en le traitant d’âne quand il exprima son mécontentement et se plaignit de l’étroitesse des portes de la capitale picarde.

Une autre rumeur raconte qu’autrefois la vieille église du village avait une porte si délabrée qu’elle ne fermait plus. Un âne passant par là, attiré par la fraîcheur du lieu saint entre et alla s’abreuver dans le bénitier en marbre noir de style roman, que l’on retrouve d’ailleurs aujourd’hui, dans la nouvelle église. Depuis ce jour,on prit l’habitude de dire qu’on ne baptise plus que des ânes à Flesselles! Que les habitants de Flesselles se consolent, ils ne sont pas les seuls à être brocardés et comparés à notre gentil et intelligent quadrupède.

 La Légende des LATTES…ane porte d'amiens

Un foaiseu d’lattes ed Fléchèlles vindoait gramin à Anmiens.
Un coeu,plaché in largue,ches morcieus d’bo n’ont mie pu passer par eine porte del’capitale.
“Ah,nondézeu,ech galibier lo ch’est un rude beudet”.
Adon vlo eine eutedirie dech blason:”Ches Beudets d’Flèchelles”.

Autre Légende…

El porte dechl’église all étoait casi maqué a z’artaises. ane eglise
Un beudet,qu’aglavoait d’soé,passe par lo.I baille un tchot coeup
d’chabot,i rinte pi boé ach bénitier.
“Nomdézo qui sont ti droles ches geins d’Fléchèlles!”.
Adon,a sroait ed lo,qu’oz’on blasonés”ches beudets d’Fléchèlles”.